Pistolet à peinture à basse pression

Le pistolet à peinture à basse pression, dit « HVLP » est recommandé lorsque les surfaces à peindre sont petites ou moyennes, et qu’un effet lisse est recherché. Il permet de pulvériser tout produit fluide, qu’il s’agisse de lasures, de peintures, de sous-couches, de laques ou de décapants. Cet équipement est accessible à partir de quelques dizaines d’euros pour les modèles électriques, jusqu’à quelques centaines d’euros pour les modèles professionnels ; toutefois il est aussi disponible à la location (environ 30 € par jour).

Quels sont les points forts du pistolet HVLP ?

En plus d’offrir une excellente couverture, le pistolet à peinture basse pression est facile d’entretien et accessible au plus grand nombre. Voici un petit aperçu des principaux atouts de cet équipement :
  • Qualité de finition : avec un pistolet approprié et bien ajusté, l’utilisateur est certain d’obtenir une finition nette et bien exécutée. Cela permet d’accélérer le processus tout en réduisant les coûts de main-d’œuvre.
  • Rapidité d’exécution : grâce à l’efficacité de transfert du pistolet basse pression, le travail sera plus rapide. Et plus le travail est rapide, plus les profits peuvent être élevés.
  • Économique : l’utilisation de ce type de pistolet permet aux professionnels de réduire considérablement les prix de peinture (jusqu’à 30 %). Cela est dû non seulement à la réduction de la surpulvérisation, mais également en raison de l’efficacité de transfert.

Comment bien peindre avec un pistolet à basse pression ?

Avant de se lancer dans la peinture au pistolet basse pression, il est important de respecter ces quelques indications utiles :
  • La peinture doit être bien diluée : ce type de pistolet convient pour tous les types de peintures. Toutefois, ces dernières doivent être suffisamment liquides pour assurer une pulvérisation optimale. Pour obtenir la viscosité souhaitée, il faut une dilution de 5 à 10 % avec le diluant approprié. Celui-ci est généralement indiqué par le fabricant sur l’étiquette de la peinture. Par exemple si la peinture utilisée est acrylique, vinylique ou en phase aqueuse, le diluant adapté est l’eau. Le white-spirit et les substituts écologiques sont plutôt conseillés pour les peintures en phase solvant et glycérophtaliques. Certaines autres peintures comme les peintures époxy et polyuréthanes sont peu solubles dans l’eau et requièrent quant à elles des solvants spéciaux. Attention, le choix de la peinture est capital. En plus de mal répondre à la dilution, les peintures bas de gamme ne couvrent pas assez de surface.
  • La buse du pistolet doit être bien réglée : certains pistolets basse pression intègrent une buse réglable ou différents types de buses tandis que d’autres non. Ces éléments permettent de réguler l’intensité du jet de peinture en fonction de la peinture utilisée et de la nature du support. Par ailleurs, ils peuvent aussi avoir un réglage permettant d’obtenir un jet plat ou rond. Pour être sûr d’obtenir le résultat souhaité, il est préférable d’effectuer un essai sur une petite partie non visible.
  • Faire attention aux débordements : peindre au pistolet dégage un nuage de peinture qui peut facilement tâcher. Pour éviter que les zones non destinées à être peintes soient touchées, il est conseillé d’utiliser une bâche plastique pour protéger les meubles, les murs et le plafond. Pour éviter de se salir ou d’aspirer les vapeurs toxiques et agressives dans l’air, le peintre devra également porter un masque, une combinaison et des lunettes de protection.